HanseOrga
L‘EXPERT EN LOGICIELS FINANCIERS INNOVANTS DANS SAP.
LA PERFECTION. EN DÉTAIL.

EMIR et ses défis pour les trésoriers

De nouvelles obligations de rapport pour les acteurs financiers et les entreprises concernant les dérivés de gré à gré

En réaction à la crise financière, les États-Unis ont promulgué dès 2010 le Dodd-Frank Act, visant à réguler les dérivés de gré à gré en dehors de la bourse, c'est-à-dire sans surveillance. L'Union Européenne leur emboîte le pas avec la "European Market Infrastructure Regulation" (EMIR), (règlement européen sur les produits dérivés de gré à gré, les contreparties centrales et les référentiels centraux) UE n°648/2012 : à partir de février 2014, les entreprises devraient déclarer leurs dérivés de gré à gré à un référentiel central certifié. Cela s'applique aussi pour les dérivés internes, entre la centrale et les filiales. Par-là, on souhaite que les transactions entre les acteurs soient plus transparentes et que les contrôles soient plus faciles.

Les entreprises dont les dérivés dépassent un seuil de compensation (défini selon le marché) doivent en outre les compenser par un organisme central. Il est certain que toutes les entreprises n'atteignent pas le seul de compensation ; cependant, dans le cadre de la gestion du risque, toutes celles qui travaillent avec des dérivés de gré à gré doivent s'assurer que ce seuil n'est pas dépassé. De plus, la valeur du marché des dérivés est à calculer régulièrement afin de pouvoir la déclarer.

Pour les trésoriers, ces nouveautés représentent des défis. Ils doivent adapter les processus existants et les solutions logicielles actuelles aux nouvelles obligations de surveillance ; choisir un référentiel central et effectuer régulièrement à l'avenir les calculs de la valeur de marché. Lorsque les entreprises doivent consolider des dérivés depuis plusieurs systèmes, le travail à réaliser pour l'adaptation est encore plus grand. Avec une solution centrale, les entreprises ont un aperçu global des dérivés à déclarer et prennent en charge le processus de reporting, sans devoir passer par des banques ou des fournisseurs externes. Pour les entreprises qui effectuent leurs transactions de dérivés directement dans SAP, une mise en place du reporting EMIR dans SAP est un avantage. Pour ses clients, Hanse Orga travaille à une solution pour son produit SAP et non SAP dans le domaine de la trésorerie.